Mineral Insider

01 avril 2015

La kimeralite : Poisson d'avril !!!

La kimeralite : un poisson d'avril signé Hans Cany et Clément Duret. Sur une idée originale de nous deux, textes et scénario Hans Cany, documents iconographiques et retouches sous photoshop par moi même . Le nom de ce fabuleux minéral à été trouvé par Hans et vient du grec "khimeira" qui signifie "chimère". Merci à tous pour votre attention et participation à ce poisson d'avril, gros comme une baleine !

 

 

canuklar2geode2

canular

Posté par P- Lloyd-Smith à 17:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 mars 2015

La Kimeralite ou Super Diamant : De la découverte de la cinquième pierre précieuse

canularUn évènement considérable remet totalement en question certaines certitudes considérées jusqu'à présent comme acquises : la découverte toute récente d'un minéral aux propriétés physiques absolument extraordinaires, la Kimeralite.
 
Officiellement reconnue par la très académique I.M.A. (International Mineralogical association) et en instance de publication, la nouvelle espèce promet de faire sensation. Celle-ci a été baptisée Kimeralite,  du nom de son découvreur, le géologue australien d'origine japonaise Yukio Kimera, de l'université de Melbourne.
 
Si la découverte de la Kimeralite suscite tant d'émoi au sein de la communauté scientifique internationale, c'est tout d'abord parce que ce que ce minéral est d'une dureté qu'il n’a pas été possible de quantifier lors de sa découverte.  En effet, la pierre rayait le diamant, dont la dureté est pourtant de 10 sur l’échelle de Mohs. On a donc du faire subir a ce minéral hors du commun  des tests de dureté Vickers, qui se fondent sur l’échelle la plus large pour mesurer la durete des matériaux. Depuis, les scientifiques ont du revoir l’échelle de Mohs inventée en 1812 par le minéralogiste allemand Friedrich Mohs, afin de lui rajouter un échelon (11).

 

Plus dur et plus lumineux que le diamant !

Plus lumineux et plus dur que le DiamantLe minéral qui occupait jusqu'à présent le sommet de l'échelle de Mohs, le diamant, se retrouve ainsi largement détrôné par la Kimeralite, laquelle, de facto, se retrouve propulsée à la première place des pierres précieuses, devançant aussi dans cette classification restreinte le saphir, le rubis, et l'émeraude. La première variété de cette gemme que l'on ait découverte, d'un vert émeraude profond, en constitue aujourd'hui le type  le plus connu. Mais on en a aussi découvert par la suite des variétés de diverses couleurs, de l'incolore le plus limpide, surpassant à plate couture le diamant lorsqu'il est taillé, notamment grâce à son indice de réfraction surpassant celui du diamant, aux rouges et aux bleus soutenus, aux jaunes, aux roses, aux violets semblables à de somptueux rubis et à de sublimes saphirs ou tanzanites.
 

 

 R.Shehan : " Vous pouvez jeter vos diamants aux graviers ..."

 Professeur Robert Shehan de l'université de Yale, New Haven ConnecticutLe professeur Robert Shehan, du département de géologie de l'université de Yale, USA, a supervisé l'ensemble des analyses d'échantillons dans les laboratoires du prestigieux établissement. Interrogé le 19 mars à ce sujet, dans le cadre d'une conférence de presse improvisée, il peine à dissimuler son enthousiasme, et déclare d'emblée aux journalistes scientifiques venus l'interviewer : "Pourquoi ai-jugé nécessaire de vous convier ici ? Parce que la découverte de la Kimeralite constitue un évènement extraordinaire, inouï, qui va tout bouleverser en matière de minéralogie, de géologie, et donc aussi dans des domaines connexes comme la gemmologie et la joaillerie. Rendez-vous compte : ce cristal est encore plus dur que le diamant ! Les résultats de nos multiples batteries de tests et d'analyses sont sans appel. Il va falloir réviser entièrement l'échelle de Mohs ! Vous pouvez jeter vos diamants aux graviers, car à présent, en comparaison, ils ne valent pas plus que de vulgaires cailloux !"

 

120 000 $ le carat !

Test de resistance des matériaux VickersIl est vrai que le carat de Kimeralite de qualité gemme se négocie d'ores et déjà autour de 120 000 dollars US, un record effarant qui témoigne de l'intérêt et de la convoitise qu'elle suscite dans les milieux informés, pour l'instant confidentiels. Nous allons assister parallèlement à une chute vertigineuse du cours du diamant, que rien ne semble pouvoir arrêter. Mais le professeur ne s'en tient pas là, et s'empresse d'ajouter : "La kimeralite, outre ses remarquables propriétés de réfraction lumineuse et sa dureté hors du commun, est aussi fluorescente, et de nouvelles études sont en cours, s'intéressant plus particulièrement aux ondes émises par le cristal, qui laisse présager son utilisation dans divers domaines, dont le domaine médical".  
 

 

 

Les papous au sein de l'échiquier mondial

standardimage1

Puis, d'un air plus sombre, il lâche cette déclaration lapidaire à un auditoire médusé : "Messieurs, il faut à présent tous nous préparer à l'irruption des Papous dans nos vies.

Et cela ne sera probablement pas de tout repos." Le professeur Shehan faisait ici allusion au lieu d'extraction de la kimeralite, dont les rares mais colossaux gisements se situent dans la grande ile de Nouvelle Guinée, au nord de l'Australie, et plus précisémeCérémonie rituelle de la tribu Asaro à Port Morsbynt dans la région sud-orientale de la Papouasie-Nouvelle Guinée.

Etat souverain et indépendant dans le cadre du Commonwealth, même si la reine d'Angleterre en est toujours le souverain officiel, et même s'il est parfois présenté comme une sorte de république bananière dépendante de l'Australie, la Papouasie-Nouvelle Guinée est un pays aux populations éparpillées à travers des lieux inhospitaliers, des jungles épaisses et montagneuses, infestées de nuées de moustiques voraces, de scolopendres venimeux, de kangourous arboricoles et de tribus non civilisées, dont certaines pratiquent encore allègrement l'anthropophagie. C'est donc au péril de leurs vies que Y. Kimera et son équipe, s'appuyant sur les traditions orales de quelques-unes de ces tribus cannibales aux attitudes extrêmement hostiles, ont in extremis réussi à établir un semblant de dialogue, sans quoi ils auraient probablement figuré au menu du jour.
 
 

 

 

180 000 hectares de mines à l'horizon 2020

Mines de Kimeralite sur le mont Hagen, Papouasie Nouvelle-Guinéecanuklar2

A force de persévérance, mais non sans y avoir laissé quelques plumes, de gigantesques sites d'extraction, uniques au monde, ont ainsi pu être mis au jour par les découvreurs. Au prix de difficiles négociations avec des tribus belliqueuses et par l'odeur alléchées, il fut possible, sous la protection des formes armées étatiques, d'aménager ces mines, en les dotant de toute l'infrastructure nécessaire. Les compagnies occidentales, sur la base d'un partenariat conclu avec l'Etat de Papouasie-Nouvelle Guinée, entamèrent dans le plus grand secret leur exploitation intensive dès décembre 2014, en plein été austral. Aujourd'hui, le complexe minier occupe une superficie de 18 000 hectares, pour une région dont le sous-sol regorge littéralement du précieux minéral. De nombreux autres gisements restent sans doute à découvrir. Le minéral vert si convoité se présente parfois sous des cristallisations d'une extrême régularité . Son intense couleur verte est due à la présence massive, en son sein, d'oxyde de chrome et de vanadium.

 

Une exploitation exclusive de l'état ?

Peter O'neill, premier ministre de la Papouasie Nouvelle-Guinée, lors de son allocution du 15 mars 2015Renversement soudain de situation : le 15 mars 2015, ayant pris toute la mesure du bénéfice qu'il pouvait en tirer, le gouvernement du pays décrète unilatéralement la nationalisation de toutes les mines, l'expulsion massive de tous les exploitants occidentaux, et lance une opération militaire d'envergure. Les meilleures troupes d'élite du régime, armées notamment de coupes-coupes, de sagaies et de fusils de chasse, reprennent alors possession des lieux en les quadrillant méticuleusement. En direct de Port Moresby, le premier ministre papou, Peter O'Neil, sur la chaîne TV d'Etat Nududju News au soir du 16 mars, s'efforça de justifier et d'étayer son action autoritaire et musclée. Se faisant menaçant, il lança ainsi à la caméra, en langue hiri motu : "En chassant les néocolons qui voulaient s'approprier nos richesses, et en leur rendant leur dû, je rends leur fierté aux Papous. L'extraction et le commerce de la kimeralite, devenus monopoles exclusifs de la nation papoue, apporteront au pays des richesses inimaginables, qui feront bientôt de lui la première puissance économique et militaire mondiale ! Les produits de la vente, à des taux définis par l'Etat, seront intégralement reversés à part égale aux 8 millions de Papous qui, tous devenus fortunés, s'atteleront à construire la grande hégémonie papoue à l'échelon mondial. Aujourd'hui, grâce à cette pierre si convoitée de par le monde, les Papous retrouveront la fierté de leurs glorieux ancêtres, et exporteront leurs moeurs, leurs coutumes sur la Terre entière. Papous, Papoues, levez-vous ! Tout tient pour vous dans ce joli caillou", dit-il en tenant à la main un très beau spécimen de la fameuse gemme verte. 

 

Une réunion du conseil de sécurité de l'O.N.U secrète réunie en urgence?

Mercenaires indonesiens en charge de la sécurisation des gisementsInterpellée suite à ces déclarations fracassantes du premier ministre papou, l'ONU a immédiatement convoqué une séance extraordinaire tenue secrète de son conseil de sécurité, lequel a décidé l'envoi imminent d'un contingent de casques bleus québecois, chargés d'une mission de pure observation. Parallèlement,  tous les satellites couvrant cette zone ont été réquisitionnés par l’ONU . Les propos ouvertement expansionnistes voire bellicistes du Premier ministre papou, qui s'est présenté dernièrement comme "le digne héritier du grand Idi Amin Dada", ont effectivement de quoi préoccuper la communauté internationale. L'escalade militaire, dans la région, apparait aujourd'hui difficilement évitable. Les négociations, restées dans un premier temps au point mort, ont finalement été rompues de part et d'autre, Peter O'Neil campant sur ses intransigeantes positions.
 
Pour sa part, John Barrett, propriétaire de l'une des plus importantes compagnies occidentales expulsées, HC Minings, ne peut contenir sa rancoeur, ni son amertume : "Mais vous ne voyez donc pas qu'il a complètement pété les plombs ? Il ferait mieux de retourner dans la jungle pour y croquer ses congénères égarés, ce vieux cinglé !" De son côté, Le chef de l'opposition Brendan Ongulu, appartenant à une tribu rivale de celle d'O'Neil, s'est empressé, lors d'une récente séance du parlement papou, de dénoncer "le basculement dans la folie furieuse d'O'Neil et de ses partisans", auxquels "un misérable caillou est monté à la tête". A la sortie du parlement, il a immédiatement été interpellé par un groupe de miliciens lourdement armés, poussé dans un véhicule aux fenêtres teintées, et conduit vers une destination inconnue. En dépit des véhémentes protestations d'Amnesty International, on est toujours sans nouvelles de lui à cette heure. Ambiance.

Tout ceci pour un caillou, diront certains. Un caillou, certes. Mais pas n'importe lequel. La kimeralite constitue une richesse nouvelle qui attise les convoitises sur la planète entière. Il est aujourd'hui essentiel de prendre conscience des enjeux en cours, comme du fait qu'à chaque fois que l'on achète un quelconque fragment de kimeralite, on participe au financement direct des projets fous de domination papoue. Ne l'oubliez pas : à chaque kimeralite vendu, un Papou affamé se rapproche de vous de quelques pas. La menace est sérieuse, et donne à réfléchir.

 

Source : © H.Cornwell/C.Daryl-Smith. Gemologist digest 213:65. 2015 - Traduction Philip Lloyd-Smith pour Mineral Insider 2015/03.

Posté par P- Lloyd-Smith à 23:44 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,